0

Les beaux jours

0418tritons
Voici venir les belles journées ensoleillées, avec des températures dignes de la saison.
Les violettes, primevères et anémones laissent voir leurs fleurs. Les oiseaux se sont mis en couple et s’activent pour nicher. Et dans les mares, les batraciens sont de retour.
Pour les voir, je me suis rendu dans une forêt au sud de Paris. On y trouve des petits étangs, dans lesquels on peut observer les petits êtres, à la silhouette de lézard: des tritons.
Au printemps, le mâle se parent de forme et couleur nuptiales. Le triton ponctué (celui de dessus sur mon croquis) par exemple, possède une sorte de nageoire en voile sur le dos. Sa forme évoque une espèce préhistorique, bien que sa taille ne dépasse guère une douzaine de centimètres.

Pour faire la cour à sa belle, le mâle exécute une danse devant elle, en faisant frétiller la queue, comme on voit sur le croquis (un couple de triton palmé). La femelle feint l’indifférence, il doit insister… comme dans la plupart des cas chez les animaux.

0418crapauds
C’est également la saison d’amour chez les crapauds. Le mâle, en général plus petit, monte sur la femelle, l’étreint pour inciter la ponte des oeufs.
Ainsi on voit se former les couples par ci par là dans l’étang, mais les choses se compliquent lorsqu’une belle femelle est prise d’assaut par plusieurs mâles. Sur mon croquis, on voit à gauche, un amas de crapauds: en fait la femelle est invisible (sauf une de ses pattes postérieures), cachée sous ses prétendants, qui essayent chacun d’obtenir la meilleure position adéquate…

0418 b jaune

Cette année, j’essaie de revoir les perdrix rouges, ces superbes oiseaux peu communs dans la région parisienne. Dans un site que je fréquente depuis des années, ils y sont toujours, mais guère faciles à observer. Je m’étais installé au bord d’un vaste champ, avec mon téléscope, en attendant leur passage. Malheureusement, ils ne sont pas passé par là, mais j’ai eu une petite récompense: un oiseau jaune or perché sur un arbuste, le bruant jaune. Un passereau pas si fréquent que cela, et surtout posé tranquillement,,, ce qui m’a permis de le croquer.

0418lièvre

J’ai fini par changer de secteur pour voir « mes » perdrix. J’ai débouché sur un autre champ, je me suis installé. Au bout de quelques minutes, je vois deux silhouettes d’oiseau rondouillard: enfin des perdrix rouges. Mais beaucoup trop loin et surtout furtifs: à peine j’ai le temps de braquer le télé, ils ont disparu dans une haie… et plus rien. Ou presque: cette fois, c’est une bête beige et rousse qui arrive dans ma direction.
C’était un beau lièvre, qui a pris la bonne décision de s’asseoir pour se reposer. Comme quoi, il y a toujours à faire avec la faune dans la nature!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.