2

La cathédrale et des rapaces

blogReims150310a

Nous étions partis visiter la capitale des sacres en Champagne: Reims.
En descendant la rue de Mars, puis celle de Trudaine, nous avons eu la vue sur la grande cathédrale. Par rapport à celle de Paris, elle nous a paru plus élégante -toutefois, Notre-Dame parisienne possède une vue de derrière incomparable-.
La façade était en travaux et j’ai pu apercevoir certaines parties restaurées, plus claires, ainsi que des « rajouts » de sculpture métallique, probablement en bronze: peut-être de la création contemporaine, j’ai apprécié ce mariage avec la matière minérale qui vient du Moyen-Âge.
Il y avait un pigeon biset, féral, sombre comme une corneille, qui se reposait juste au-dessus.

blogReims150310b

Qui dit « cathédrale », dit « rapaces ». En effet, j’ai entendu des cris perçants, ceux du faucon crécerelle. Deux se sont envolés, puis un troisième plus loin. Ils ont décrit des cercles au-dessus de la cathédrale, puis se sont posés. Le mâle que je voyais bien, s’occupait à se toiletter. Deux ou trois cavités portaient des marques de leur fiente, ce qui trahissait leur reproduction sur ce site.

blogReims150310c

Peu après, est arrivé le quatrième rapace qui s’est posé sur une des tours du monument. Aux jumelles, je voyais bien sa tête un peu sombre avec un sourcil blanc, le ventre finement rayé, le dessus brun uni. Ce n’était pas un crécerelle, mais un épervier.
Alors que je pensais qu’un des faucons allait attaquer cet « intrus », rien ne s’est passé. L’épervier est resté là, probablement à l’affût – il y avait pas mal de moineaux, et des pigeons – durant une bonne demi-heure, puis s’est envolé. Je me demandais si cette « cohabitation » était quotidienne et durable dans le temps…

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.