4

Region parisienne: mai et juin 2013

0627 guepiers 0618
J’ai continue a suivre mes coins preferes de la region parisienne, avec des observations habituelles et aussi des decouvertes.
Voici « mes » guepiers, ceux dont la colonie a ete trouvee il y a une vingtaine d’annees dans l’Essonne. A l’epoque, c’etait une grande surprise pour moi (je n’avais aucune information la-dessus). Du coup, je les ai observes et dessine durant des semaines.

J’y suis retourne les voir l’an dernier. Et cette annee, je voulais revoir le comportement amoureux de ces jolis oiseaux. Ils avaient deserte leur perchoir favoris (a cause des travaux), et j’ai un peu cherche pour les retrouver. Ils chassaient et venaient se poser sur un arbre mort, de l’autre cote du champ.
A plusieurs reprises, le male a offert une proie (libellule, bourdon..) a sa belle. Et a un moment, ils se sont accouples. Avec leurs ailes effilees, tout en couleurs vives,,, ce fut un moment de grace.

0627 limodore 0619
J’ai continue a observer mes plantes preferees, les orchidees sauvages. Apres l’ophrys araignee et l’orchis pourpre, ce fut le tour de la floraison pour les ophrys abeille et mouche, les orchis verdatre et bouc, le neottie nid-d’oiseau… Et cette espece etrange, une sorte d’asperge violette, qui atteint une bonne cinquantaine de centimetres de haut: la limodore. J’ai bien aime la dessiner dans un sous-bois, alors que le ciel menacait. Je fus en effet bien trempe sur le chemin de retour, sous les pluies d’orage.

0627 coleo 0605
Alors que la periode d’amour chez les tritons se terminait, je remarquais dans une foret, des cris continus d’un oiseau, assez stridents, rappelant un peu le merle mais beaucoup plus monotone. Je suis alle voir l’arbre d’ou venaient les cris et decouvris une tete blanche, noire et rouge qui sortait d’un trou: un poussin de pic epeiche qui reclamait son dejeuner.
Je me suis installe a une trentaine de metres et attendis. Pas plus de cinq minutes d’attente, je vis le pere du pic qui vint nourrir sa progeniture (il y avait au moins deux jeunes). Puis la mere,,, et ainsi de suite.

Leur bec etait rempli de petits insectes.
Cela aurait pu etre ce coleoptere que j’ai dessine, qui vint se poser par hasard sur mon bras. Je ne l’avais jamais vu, et en rentrant j’ai su que c’etait un anthribide (un cousin de charancon) qui vit sur des arbres morts. Si il n’etait pas venu a ma rencontre, je ne l’aurai jamais remarque, vu son talent de camouflage.

4 thoughts on “Region parisienne: mai et juin 2013

  1. Passionnant Tsu, je ne savais pas .. je vais prendre le temps de lire ca!! 🙂

  2. Merci Claudie, c’est effectivement une bonne surprise que de voir ces superbes oiseaux pas loin de Paris, dont la repartition est meridionale.

    NB: appelle-moi plutot « Tsuné » si tu veux bien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.