2

Parthenaise

taureau

Fin octobre, je suis rendu à Ménigoute là où se tenait le Festival Internatioanl du Film Ornithologique. Mon but : visiter la grande expo collective « Nature Sensible » à laquelle j’ai participé, et marcher dans la région : je voulais notamment dessiner les bovins de la race parthenaise.

Arrivé à la gare de Saint-Maixent lundi matin, je commençais à marcher dans le brouillard. Deux heures plus tard, tout s’était levé, et un temps ensolleillé avec température fort agréable s’est installé. Dans les champs, je trouvai facilement des troupeaux de parthenaise, en particulier ce jeune taureau, en train de dormir paisiblement parmi ses vaches.

Cette race possède une robe beige, de grands yeux noirs ; le taureau a son cou et sa tête marron sombre. Lorqu’il prend de l’âge, sa carrure devient impressionnante. Jadis prisée pour sa qualité de viande, sa population avait décliné, puis elle s’est reprise ces dernières années.

Ce jour-là, j’ai marché vers Reffannes jusqu’à la tombée de jour. J’ai pu rencontrer quatre ou cinq troupeaux de parthenaises, avec vaches, veaux et taureaux. J’étais enchanté car j’en avais vues si peu, pratiquement que des génisses, lors de mes précédentes visites.

2 thoughts on “Parthenaise

  1. ah ah! On va enfin savoir tout ce que tu as fait pendant le festival!
    (Beau ton dessin de parthenaise… Il donne une sacrée envie de s’allonger dans l’herbe pour roupiller!)

  2. Oh, pas de grands secrets : balade sur les petites routes ou sentiers parmi les friches, bois et étangs, sous un soleil radieux de l’été indien (même si on était dans les Deux-Sèvres).

    Merci pour le dessin du taureau : depuis le temps que je voulais le voir, celui-là, dans un pré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.